Accueil // Actualités // Histoire // La rue Robert Legeay

La rue Robert Legeay

La rue Robert Legeay s’appelait autrefois la rue des Ottats. Elle va de la rue des Ecoles (au niveau de la Halle du marché couvert) jusqu’au chemin du Bras du Chapitre.

RobertLegeay_1C’est en bas de cette rue que les lavandières descendaient leur linge jusqu’au bateau lessive. Et c’est le long de cette rue, sur les buissons et sur l’herbe, qu’elles étendaient les draps et autres vêtements pour les faire sécher. La configuration des lieux était beaucoup plus champêtre et moins bâtie qu’aujourd’hui.

Qui est Robert Legeay ?

Robert, Henri, Noël LEGEAY est né le 25 mars 1924 à Créteil et mort fusillé par les nazis le 18 novembre 1943 à Bourges, à l’âge de 19 ans. Cet enfant de Créteil était ouvrier et résistant.

Le résistant Paul De Ronne créa la section de Créteil. Il fit appel aux jeunes cristoliens en février 1943 en vue d’opérations d’envergure. Parmi les jeunes recrues figurait Robert Legeay. Jugé apte à devenir maquisard, début juillet 1943, il rejoignit via La Souterraine, un maquis de Corrèze.

RobertLegeay_3Le 15 octobre 1943, en gare de Vierzon, des représentants nazis le fouillèrent avec son ami maquisard cristollien Jean Jaguin. Une arme de poing et des bâtons de dynamite furent découverts dans leur paquetage. Détenus à la prison de Bourges, ils subirent les sévices du tortionnaire Pierre Paoli, agent français de la Gestapo, surnommé « le monstre ».
Le 18 novembre 1943, Robert Legeay fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 776 de Bourges pour « détention d’armes, de munitions et de grenades, résistant qui aurait été en mission » et fusillés neuf jours plus tard. Leurs corps ont été inhumés au cimetière Saint-Lazare de Bourges dans le carré des fusillés (fosse 863). À Créteil, l’annonce de leur condamnation déclencha une forte émotion et réprobation.

Le nom de Robert Legeay figure sur la stèle commémorative des fusillés de Montifaut à Bourges (cf photo) et sur le monument aux morts de Créteil où son corps fut réinhumé. Par délibération municipale du 8 décembre 1944, la rue des Ottats devient la rue Robert Legeay. La mention « Mort pour la France » lui fut attribuée sur avis du Ministère aux Anciens Combattants, en date du 15 décembre 1947.RobertLegeay_2