ENVIRONNEMENT

Civilité

propreté

L’environnement du Bras du Chapitre est fragile et un certain nombre de précautions doivent être respectées pour ne pas l’abîmer.

Une nature propre

Les papiers, emballages alimentaires et canettes vides constituent une pollution quand ils sont abandonnés sur la voie publique. Ils deviennent des dangers pour la faune quand ils sont jetés ou emportés par les pluies dans la
rivière. Pour maintenir la propreté, des poubelles, notamment à proximité des bancs publics, sont à la disposition de tous.

Les déjections canines doivent être ramassées. Une dizaine de crottinettes ont été installées au bord des rues. Les maîtres des toutous peuvent également se munir d’un sachet, au cas où… Et n’oublions pas que la réglementation impose que nos amis les chiens soient tenus en laisse dès qu’ils se trouvent sur la voie publique.

Grand Paris Sud Est Avenir gère la collecte des déchets ménagers, des emballages, des déchets verts et des encombrants. Les gravats et déchets de chantier ne sont pas pris en charge. Ils ne doivent pas être déposés sur la voie
publique mais être emmenés en déchetterie ou dans des décharges adaptées.

Il est interdit de brûler les déchets, y compris les déchets verts (plantes, branchages, feuilles…) et ce, même pendant la période où ils ne sont plus ramassés.

Rien ne doit être jeté dans la Marne ! Les déchets chimiques ou organiques constituent des poisons pour la faune. Les gravats, branches et objets divers immergés peuvent se déplacer au gré du courant et constituent un danger pour les canoës et les baigneurs (mais si, il y en a, même si ce n’est pas autorisé).

Les déchets verts, notamment les feuilles, qui sont rejetés
dans l’eau participent à l’envasement des Bras de Marne.

entretien des berges

Qui est responsable de l’entretien des berges ?
Quelles sont les obligations des riverains pour ce qui est de leur consolidation et des réparations ?

Les propriétaires privés doivent entretenir leurs berges. S’il s’agit de berges publiques, c’est la commune qui s’en charge. Comme tous les bras de rivière, le Bras du Chapitre relève du domaine public fluvial navigable.

Toute action de protection des berges et tout aménagement, une descente de bateau par exemple, doit faire l’objet d’une demande auprès du service de la navigation, avec avis de la ville de Créteil.

De même la construction d’une petite passerelle doit se faire après autorisation du service des voies navigables et avis de la ville de Créteil. Ces travaux ont un impact sur l’écoulement des eaux. Même si le Bras n’est pas navigable, on n’y fait pas ce que l’on veut. C’est aussi une question de paysage.

L’importance de la ripisylve

Définition : « La ripisylve est une formation végétale au bord des cours d’eau. »
Cette végétation du bord de l’eau joue le rôle d’écran vis-à-vis des rayons lumineux. Elle limite ainsi la température de l’eau et freine le développement des végétaux aquatiques qui apprécient les fortes luminosités.

Les racines des arbres fixent les berges, freinant ainsi l’érosion. Elles constituent par ailleurs des abris pour la faune aquatique (poissons, insectes…).

Les végétaux, le sol et les micro-organismes de la ripisylve constituent un filtre naturel pour la pollution qui arrive à la rivière. La ripisylve participe au ralentissement du courant lors des crues.

C’est une source de nourriture pour la faune aquatique. En effet, ce qui tombe dans l’eau (feuilles, brindilles, insectes) est consommé par les animaux aquatiques.

Le silence est d'or

  • Le Bras du Chapitre est une zone de calme que chacun doit respecter, que l’on soit résidant ou promeneur, pour la satisfaction de tous.
  • L’usage des engins et outillages bruyants est règlementé par arrêté municipal :
    « Les travaux de bricolage ou de jardinage réalisés par des particuliers à l’aide d’outils ou d’appareils susceptibles de causer une gêne pour le voisinage en raison de leur intensité sonores, tels que tondeuses à gazon, tronçonneuses, perceuses, raboteuses ou scies mécaniques ne peuvent être effectués que :
  • les jours ouvrables de 8 h à 12 h et de 14 h à 19 h 30,
  • les samedis de 9 h à 12 h et de 15 h à 19 h,
  • les dimanches et jours fériés de 10 h à 12 h. »

Le respect des lieux

Ni tags, ni graffitis !
Les services de nettoyage interviennent très rapidement pour les effacer, que ce soit sur des murs ou bâtiments privés ou sur le domaine public. Il suffit d’appeler le numéro vert (appel gratuit depuis un poste fi xe) : 0 800 138 391.
L’intervention sur le domaine privé est gratuite, mais un bon de décharge doit être rempli par le propriétaire.

Le respect de la faune sauvage

Si vous aimez les cygnes, les canards et les pigeons, ne les nourrissez pas !

C’est en effet néfaste pour leur santé. De plus, les restes de pain ou autres nourritures dégrade l’environnement, pollue le milieu aquatique et favorise la prolifération des rats.

Navigation

Le plaisir de naviguer sur la Marne et d’explorer les nombreux petits bras de ses îles rend notre quartier unique. Vous pouvez vous adresser aux clubs pour découvrir les nombreuses activités proposées, comme le canoë, le kayak, la voile ou le ski nautique.

Pensez à consulter la réglementation auprès de la préfecture et n’oubliez pas de vous munir d’un gilet de sauvetage.

Sachez aussi respecter les règles de bonne conduite sur l’eau : tenez votre droite, à la rame longez la berge côté Saint-Maur si vous traversez la zone de vitesse où se pratique le ski nautique (qui commence 300 m avant le pont de Bonneuil et s’arrête à celui du RER).

Et si vous avez un bateau à moteur, naviguez doucement hors de cette zone et au ralenti dans les bras ou quand vous croisez une autre embarcation.

Se baigner dans la Marne

Se baigner dans la Marne est malheureusement interdit depuis 1970 à cause de la pollution et des risques de maladies dus à certains rongeurs. Même si la qualité de l’eau s’améliore doucement grâce aux efforts de tous, difficile
de dire quand la baignade sera à nouveau autorisée.

En attendant, de pouvoir replonger du pont Noël, il est demandé aux enfants (car insouciants et ne connaissant pas les risques liés aux pollutions de toutes natures) de ne pas se jeter à l’eau.

Au-delà des risques sanitaires, il y a un réel danger de se blesser en percutant un objet stagnant au fond, pour preuve la quantité d’objets sortis de l’eau lors des opérations de nettoyage du Bras. Sans oublier que les fonds sont souvent tapissés de coquillages assez coupants.