VIGILANCE

Le Val-de-Marne a été confronté au cours du siècle dernier à plusieurs crues de la Marne et de la Seine qui ont marqué les mémoires. La montée des eaux est généralement lente (inférieure à un mètre par jour) mais la durée de submersion peut atteindre plusieurs semaines.

La crue de 1910, dite « crue centennale », sert de référence et correspond aux Plus Hautes Eaux Connues (PHEC). Pour limiter les effets de crues, plusieurs lacs-réservoirs ont été aménagés en amont des fleuves. Ils répondent à un double objectif : maintenir le niveau du cours d’eau en période de sècheresse et réguler les crues en les écrêtant. Leur efficacité est cependant limitée par les capacités de retenue des ouvrages. Le long des voies d’eau, digues et murets défendent les biens.

Plan de Prévention du Risque Inondation
PPRI

À Créteil, les bords de Marne concernés peuvent être :

en zone orange

c’est-à-dire une zone où les aléas sont très forts et le risque de submersion est supérieur à 1 mètre : Les îles Brise-Pain, des Coucous et Sainte-Catherine,
le Bras du Chapitre, le Chemin du Bras du Chapitre jusqu’à la rue de la Prairie et son prolongement jusqu’à Bonneuil et de l’autre côté du pont de Créteil. Se renseigner auprès de la mairie pour toutes nouvelles constructions ou extensions.

en zone rouge

une zone à fort écoulement où les hauteurs d’eau sont supérieures à 1 mètre et la vitesse d’écoulement supérieure à 5 m/s. Seule l’île des Ravageurs est concernée.

Sur ces zones, il est recommandé d’adapter son habitation. Les ouvertures de portes et fenêtres doivent pouvoir être fermées par des dispositifs amovibles en partie basse. Les murs doivent être isolés avec des matériaux résistants à l’eau. Une pièce hors d’eau, à l’étage, doit permettre aux occupants de se mettre en sécurité. Les installations électriques doivent se situer au-dessus du niveau des PHEC. Un clapet anti-retour doit être placé sur les canalisations d’évacuation des eaux pour empêcher les eaux de remonter dans les habitations.